The project

Bienvenue !

Au départ, nous avons créé ce site pour rester en contact durant l’année sur la route et partager nos expériences. Aujourd’hui que nous sommes rentrés en France, nous allons peu à peu le réorganiser pour les futurs voyageurs à vélo – que vous êtes peut-être.

Mais comment en sommes-nous arrivés là ? Partir à vélo autour du monde, quelle idée ! …

La genèse

IMG_6324

Qu’est-ce qu’on fait pour les vacances ?

Tout commence il y a 6 ans, lorsqu’on fait notre premier trajet à vélo. L’idée est venue un peu par hasard, j’aime le camping et j’avais envie de partir en autonomie à vélo ; j’ai convaincu Estelle (assez facilement) et l’été venu nous voilà partis sur les routes de France. La découverte de ce mode de transport nous plait tout de suite, rien que l’idée de dormir dans la nature / dans un endroit qui n’est pas prévu pour ça (dans une forêt des Landes le premier soir) suffit à nous rendre tout fou… Oui, il nous en faut peu.

Rouler toute la journée, être tout le temps dehors, découvrir des villages, des régions, profiter des ambiances du matin et du soir en plein milieu de la nature, croiser des biches sur les pistes cyclables, voir une famille de lapins posés tranquillou dans un champ, discuter avec les gens des villages qu’on croise… Tout ça en quelques jours – c’est tellement intense que l’hameçon prend direct ! Nous allions dorénavant passer nos vacances d’été sur la selle.

Et déjà nous partagions avec vous sur internet, avec le grand frère de Into the wheel : veloenlive.blogspot.fr

The project

cropped-IMG_8704.jpg

On fait quoi pour le voyage de noces ?

J’ai demandé Estelle en mariage lors de notre dernières vacances à vélo en été 2013, au sommet de notre périple Munich-Venise. L’idée d’un long trip à vélo n’est pas venue immédiatement ; enfin, on peut discuter sur le terme “long”. Disons qu’Estelle a eu la première l’idée d’un voyage de noces… d’un mois à vélo, et qu’elle avait envie de voir l’Asie. On est d’accord, l’Asie en un mois, c’est pas jouable à vélo :). En essayant de voir combien de kilomètres ferait un éventuel trajet à vélo, on s’est rendu compte qu’il faut plusieurs mois… Et entre plusieurs mois et un an, au final, l’investissement est quasi le même.

On s’est mis d’accord sur un an, sur le fait de quitter Paris donc notre appart, nos jobs, de ne plus (beaucoup) voir notre famille, nos potes, nos collègues (sisi !), puis de partir un an à l’Aventure.

Le trajet

Nos critères : éviter de faire trop de vols en avion, visiter l’Asie, les Balkans, partir et arriver depuis les villes où l’on a grandi, prendre son temps et ne pas faire la course aux kilomètres pour se permettre des détours ou des pauses le long du chemin.

On mélange…

Et hop le trajet prévisionnel, ça donnait ça !

Pourquoi les Balkans ?

Dave et Bethany sont les premiers cyclotouristes à être venus chez nous à Paris, via l’excellente communauté de voyageurs à vélo “Warmshower”. Ils ont à peu près notre âge et quand on les a reçus en septembre 2012 chez nous, ils étaient en plein milieu d’un trip de deux ans à vélo ; ben je vous laisse imaginer la taille de nos yeux lorsqu’ils nous racontaient ce qu’ils avaient vu et vécu… Bref tout ça pour dire qu’ils ont fait la Croatie, la Macédoine, et qu’ils nous l’ont chaudement recommandé.

Donc hop, dans la shopping list.


Croatia, Montenegro, Albania… cliquez sur les liens pour quelques lire nos aventures !


L’Asie

C’était un postulat de départ, à l’origine on voulait faire ce voyage autour de l’Asie. Découvrir la Thailand, the Cambodia, the Laos, the Vietnam, the China nous a donné envie dès le départ. De plus, on sait que c’est une destination relativement facile pour les cyclos car il y a de quoi manger partout, de bonne qualité, et pour pas cher du tout, on peut se loger comme des rois pour pas grand chose.

Le transsibérien

L’idée est arrivée très vite, pour aller des contrées chinoises aux portes de l’Europe (Saint-Pétersbourg). Le fait que deux copines l’aient fait a également joué dans le choix de ce moyen de transport ; découvrir les steppes mongoles, faire un petit tour autour du lac Baikal… Ça donne assez facilement envie.

Le retour à la maison

Jusqu’à notre arrivée en Russie, nous ne savions pas si nous passions par le nord ou le sud de la mer Baltique. Après en avoir pas mal discuté avec d’autres voyageurs et en fonction du temps qu’il nous restait, nous avons décidé de passer par les pays Baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie).

C’est aussi ça l’avantage de partir à vélo : se donner du temps pour choisir et changer les plans selon les circonstances.

Alors, ça vous donne envie ?