Déjà dix jours !

Ca y est, ça fait plus d’une semaine qu’on roule ! A la fois c’est passé super vite et en même temps on a l’impression que ça fait longtemps qu’on est partis !

Il s’en est passé des choses ! Petit bilan de la première semaine…

Des paysages vraiment variés : depuis Larzac avec ses buis, sapins, et hautes herbes jaunes, jusqu’aux champs d’oliviers et aux vignes ; on est dans des belles régions, du coup on a eu la chance de toujours trouver de supers endroits pour dormir… Mais la semaine ça a été aussi : beaucoup de vent et beaucoup (trop) de piqûres de moustiques. Alors pour nous remotiver, nous avons pu trouver plein de bonnes choses à cueillir dans la nature : des amandes (beaucoup d’amandes, merci Erwann !), des figues sauvages, du raisin, du Thym pour les pâtes… Mais promis on fait attention : « into the wheel » mais pas « into the wild » ! 🙂 En tout cas, tout est tellement meilleur cueilli directement sur l’arbre !
On a tenu notre rythme de 60kms par jour, pas moins, et jamais beaucoup plus non plus.

Allez, petit résumé des derniers jours.

Vendredi

Départ du camping en direction de la Camargue. Le vent nous accompagne encore, de face ou plus ou moins latéral, mais jamais de dos… Toute la journée nous croisons des champs plein de taureaux noirs et de chevaux blancs, c’est superbe ! A Aigues-Mortes, joli village à l’intérieur de fortifications, on croise les premiers cyclo-touristes du voyage : un grecquo-américain et une polonaise. Lui va retrouver de la famille à Athènes alors on échange les coordonnées : qui sait, peut être que nos chemins se recroiseront !

Après quelques kilomètres supplémentaires et le passage d’une rivière par un bac, nous arrivons aux Saintes-Marie-de-la-Mer, village à l’entrée du parc de la Camargue. C’est là que nous prenons la Digue à la mer, long chemin qui traverse la Camargue d’ouest en est. Entre mer et marais, la nature est magnifique. Pas de chance pour les oiseaux, il n’y en a pas beaucoup aujourd’hui. Mais nous croisons quand même quelques mouettes, goélands et flamands roses. La route est si belle que même le vent n’entâche pas notre plaisir. Au bout de la digue nous retrouvons les parents de Thomas qui passent une dernière nuit avec nous. La nuit sera en Camargue (juste à la sortie du parc National protégé), à l’abri du vent. Beau couché de soleil garanti !

No photos

Samedi

On repart vers le nord ! La bonne nouvelle : nous avons le vent dans le dos ! La mauvaise : le vent est beaucoup moins fort… À midi, nous sommes en Arles et c’est jour de marché : nous trouvons des patates, un poulet grillé et un peu d’ombre dans un parc, et hop, nous cuisinons un super déjeuner !

Nous nous dirigeons vers les Beaux-de-Provence : village avec un château, perché tout en hauteur, dans les Alpilles (petite chaîne de montagnes du coin, c’est pas les Alpes mais ça grimpe bien quand même !). La montée est rude, heureusement il est 18h et il ne fait plus trop chaud ; les lumières de fin de journée sont magnifiques d’ailleurs et les photos à faire permettent de faire des pauses ! Mais perso, j’ai un peu mal partout alors je ne profite pas à fond de la beauté du paysage. Finalement ça valait le coup : comme promis, le village est superbe, tout en pierre avec une vue au loin.

En contrebas du château, nous trouvons une petite chapelle au soleil couchant avec de la place devant pour poser nos deux tentes, une vue sur toute la vallée, à l’abri des regards : encore un spot parfait pour passer la nuit !

No photos

Dimanche

Au réveil, la brume et le soleil levant jouent avec les montagnes et la vallée. Alors qu’on range tranquillement le campement, un local qui promène son chien passe par là, et commence à nous résumer en quelques instants toute l’histoire de la ville, des premiers hommes à nos jours, en passant par les grecs puis les romains. Trop bien !
Au bout d’une heure de pédalage, dans un village, belle surprise : c’est la fête des olives vertes ! Marché de produits locaux, et surtout fanfare et long cortège de gens habillés en tenues de l’époque. C’est un superbe spectacle ! On se croirait vraiment dans un autre temps !

Nous ne nous arrêtons pas trop longtemps dans cette fête de village, nous devons avancer à Salon-de-Provence : nos 2 amis Erwann et Géraldine reprennent le train en début d’après-midi, c’était vraiment chouette de pédaler tous les 4 cette semaine.
Nous reprenons la route tous les deux maintenant ! La fin de journée monte pas mal, on se dirige vers le Var. Le spot du soir sera encore avec une belle vue, au milieu de forêt.

No photos

Lundi

Les paysages sont superbes : des collines avec des grands champs d’oliviers ou de vignes, alternant avec des forêts de chênes, pins et autres. On a parfois l’impression de ne plus être en France tellement c’est dépaysant ; nous avons un beau pays que nous connaissons mal finalement ! Les villages sont souvent perchés en hauteur, tout en pierre ; les ruelles sont étroites. C’est superbe. Au dernier village de la journée (Varages), nous entamons la discussion avec les anciens du coin, réunis autour de la fontaine de la place. « C’est le préfet qui a fait mettre cette inscription (eau non potable), nous on en boit depuis tout le temps, et ma foi on n’est pas encore morts ! ». On remplit nos gourdes. « La chapelle ? J’ai mon jardin juste dessous » « Je vous verrai de ma fenêtre ! » « Ne dormez pas dans les ruines » On dormira à la chapelle, chacun voulant nous expliquer comment y monter dans une joyeuse cacophonie. Pour la 2ème fois en quelques jours, c’est l’endroit parfait ! Nous profitons du coucher de soleil sur le village en préparant le dîner (qui sera sans sel, au grand damne de Thomas, notre salière toute neuve s’étant éventrée dans notre sacoche un peu plus tôt dans la journée…), en nous disant qu’on a vraiment de la chance. La vue est digne d’un restaurant 4 étoiles !

No photos

Mardi

5 ème jour de pédalage. Nos corps commencent à être un peu douloureux : les fesses (et encore, ca va), les mains à force de tenir toute la journée le guidon, les cuisses à force de pédaler, et le dos qui est toute la journée courbé sur le guidon. On commence à se transformer 🙂

Le vent est de retour pour cette journée, et de face ou de côté, avec des rafales assez fortes : il nous arrête parfois en plein élan dans une descente. La matinée reste supportable car nous trouvons des petites routes peu fréquentées et très jolies. L’après-midi, c’est plus dur : les 20 derniers kilomètres sont sur une grosse départementale, le vent, et des montées à parfois 10%…

Heureusement, nous savons que ce soir nous allons bien dormir : nous allons chez nos premiers « Warmshowers » du périple à Draguignan. Après 10 jours sous la tente, c’est un bonheur de retrouver un canapé et des dossiers de chaises, un vrai lit, une douche chaude… On recharges les batteries !

Merci beaucoup Philippe et Josiane pour votre super accueil !

No photos

 

Les albums photos complets sur flickr

Vendredi : https://www.flickr.com/photos/kakounet/sets/72157647562307849/

Samedi : https://www.flickr.com/photos/kakounet/sets/72157647562130277/

Dimanche : https://www.flickr.com/photos/kakounet/sets/72157647994831735/

Lundi : https://www.flickr.com/photos/kakounet/sets/72157647572412999/